Rechercher :  
 

Lycaon pictus 

Linguistique
Nom scientifique actuel :   Lycaon pictus 
     
Nom scientifique ancien :    
     
Nom francais :   Lycaon; Cynhyène; Loup peint; Chien sauvage africain
     
Nom anglais :   African wild dog; African hunting dog
     
Nom vernaculaire :  
Mbwa na ditu (Tshiluba); Pumpi, Lubwa (Kiluba) ; Muponda (Kitabwa); Mupundu (Kiholoholo); Musuka (Kikaonde); Mbulu, mâle = Mumbulu (Kilala); Umumbulu (Kilamba); Kangwidi (Lunda)
 


 

Zoologie
Chant/cri :  
     
Caractéristiques physiques :   Une des caractéristiques du lycaon réside dans l'asymétrie de son pelage constitué de marbrures brunes, rousses, noires, jaunes et blanches. Chaque individu possède une robe différente.
Son museau est habituellement noirâtre. Le bout de sa queue touffue est blanc. Il possède une ligne médiane noire sur sa tête, de grandes oreilles rondes, un corps fin, une tête massive, de longues pattes et quatre orteils à chaque pied.
Le lycaon mesure entre 105 et 150 cm de long (dont 30 à 40 cm de queue), 75 cm au garrot et pèse de 18 à 36 kg. 
     
Habitat :   Steppes et savanes ouvertes ou boisées.
Autrefois assez répandu au Katanga, il est considéré comme éteint depuis des années.
Cependant, depuis 2003, quelques observations ont été faites du côté de Kiniama. 
     
Éthologie :   Les lycaons sont des animaux diurnes et grégaires, vivant en meutes de 7 à 15 individus et pouvant atteindre jusqu'à 40 individus. Chaque meute est dominée par un mâle alpha et une femelle alpha. Les meutes sont en général constituées d'un plus grand nombre de mâles que de femelles. Les femelles émigrent plus souvent de leur groupe natal que les mâles. Elles quittent leur meute à partir de l'âge 2 ans et demi pour rejoindre une meute ne possédant pas de femelles adultes. Environ la moitié des jeunes mâles restent dans la meute de leur père. L'autre moitié quitte la meute natale et forme une nouvelle meute.
Les membres d'une meute coopèrent pour s'occuper des jeunes ainsi que des individus blessés ou malades. Lorsque les lycaons reviennent de chasse, ils nourrissent par régurgitation les jeunes, les individus blessés et malades ainsi que les adultes qui n'ont pu aller à la chasse. Il n'existe en général aucune agressivité entre les membres d'une meute, à l'exception des combats occasionnels entre la femelle alpha et les femelles subordonnées pour le droit à la reproduction.
Les lycaons chassent en meute et sont menés par le mâle alpha. Ces animaux ne sont pas territoriaux mais nomades, et vivent sur des surfaces variant de 200 à 2000 km^2. Ce n'est qu'en période de reproduction qu'ils se fixent et vivent pendant plusieurs mois dans un terrier pouvant contenir toute la meute.  
     
Régime alimentaire :   Principalement des antilopes diverses telles que l'Impala, le Céphalophe de Grimm et le Cobe defassa. En absence de plus gros gibier, ils se rabattent sur des plus petits mammifères ou des oiseaux.  
     
Reproduction :   Il n'y a en général qu'un couple reproducteur par meute. Celui-ci empêche les autres membres de la meute de se reproduire. Les lycaons atteignent leur maturité sexuelle vers l'âge 12 ou 18 mois mais ne commencent à se reproduire que vers 22 mois. Après environ 10 semaines de gestation, la femelle reproductrice donne naissance à une portée comprenant de 2 à 20 jeunes. La femelle met bas dans un terrier tapissé d'herbe. Les jeunes restent avec leur mère dans le terrier pendant 3 à 4 semaines. Dès leur sortie, ils sont pris en charge par toute la meute qui les soigne et les éduque. Ils sont nourris par régurgitation jusqu'à l'âge de 1 an.  
     
Distribution au Katanga :   view map  
 
 
Histoire, ethnologie, sociologie
Interactions avec l'homme :   Longtemps considéré comme un danger pour la faune des parcs nationaux ou pour le cheptel domestique, il a fait l'objet d'une chasse effrénée qui a mené à sa disparition. 
     
Tabous :    
     
Légendes, croyances, folklore :   Les Wandamba de l’ancien Est Africain libéraient toujours les lycaons tombés dans les fosses car ils les considéraient comme des collègues chasseurs à qui ils pouvaient parfois subtiliser la proie qu’ils avaient chassée. 
     
Chasse, pêche :   Le lycaon a été chassé en tant que nuisible à l'aide de pièges et d'appâts empoisonnés. Ce n'est pas un animal chassé traditionnellement et ce n'est pas non plus un trophée recherché par les chasseurs sportifs. Il fait l'objet d'une protection totale. 
     
Alimentation :   Aucune ethnie du Katanga ne consomme cet animal 
     
Apprivoisement, élevage :   Quelques cas de domestication sont connus. Certains maîtres ont abandonné l'expérience à cause de l'odeur repoussante qu'ils reprochaient à ces animaux. 
     
Usage de la peau ou d'autres parties :    
  


Avertissement :

Cette base de données a été établie d'après des ouvrages faisant autorité et avec l'aide de scientifiques renommés. Cependant, il est certain que des erreurs doivent y figurer.

Les noms vernaculaires ont été recueillis sur le terrain et dans la littérature coloniale de la première partie du 20éme siècle. Les religieux ayant établi les premiers dictionnaires n'étaient pas forcément des naturalistes avertis et dès lors, de grossières erreurs doivent avoir été commises.

Nous invitons toute personne qui pourrait nous aider à améliorer cet outil de travail à nous contacter pour nous faire part de ses remarques et nous faire partager ses connaissances.



+  Vous êtes dans la classe : ROOT > Vertebrata (Vertébrés) > Mammalia (Mammifères) > Carnivora (Carnivores) > Canidae (chacals, lycaons)
Design by McArnolds Group SA | Development and code by AMESIS SPRL