Rechercher :  
 

Aonyx capensis 

Linguistique
Nom scientifique actuel :   Aonyx capensis 
     
Nom scientifique ancien :    
     
Nom francais :   Loutre à joues blanches
     
Nom anglais :   Cape Clawless Otter; Arfican Clawless Otter
     
Nom vernaculaire :  
Xhibawe (Kikaonde) ; Kibao (Kilala); diyi ta dikaya, nkongo (Tshiluba) ; ciwawe (Kilamba); chibau (Lunda); mbao, kibao (Kibemba)
 


 

Zoologie
Chant/cri :  
     
Caractéristiques physiques :   La loutre à joues blanches mesure entre 110 et 160 cm (dont 40 à 70 cm pour la queue) et pèse en moyenne 18 kg. Son épaisse fourrure brun foncé la protège de l'eau froide. Son ventre est plus clair. Sa gorge, son menton, son cou, ses joues et le haut de sa poitrine sont blancs. Elle possède de longues vibrisses. Les doigts de ses pattes antérieures ne possèdent ni palmures ni griffes. Une petite membrane est présente à la base des doigts de ses pattes postérieures et des petits ongles sont présents sur les 2ème, 3ème et 4ème doigts de ses pattes postérieures.  
     
Habitat :   Près de points d'eau (rivières, marais, etc.) en savanes.
Moins commune que la loutre à cou tacheté, elle est pourtant bien présente le long des grands cours d'eau du Katanga. Plus discrète que sa cousine, on l'observe moins facilement. 
     
Éthologie :   Les loutres à joues blanches vivent en solitaire, par couples ou en petits groupes familiaux. Elles sont le plus souvent nocturnes mais peuvent avoir une activité diurne lorsqu'elles ne sont pas dérangées par l'activité humaine. Elles se reposent dans des terriers, dans des fourrés ou entre les racines d'arbres. Ce sont des nageuses exceptionnelles qui se déplacent rapidement dans l'eau, propulsées par leurs queues.
Elles utilisent leurs pattes antérieures agiles et sensibles afin de localiser leurs proies cachées dans la boue. En eaux peu profondes, elles retournent les pierres pour trouver leurs proies, alors qu'en eaux profondes, elles plongent afin de les capturer. Elles utilisent parfois des pierres pour briser les coquilles de mollusques.
Elles sont très curieuses et joueuses.
Lorsqu'elles sont en danger, elles émettent un cri puissant et aigu.
Leur espérance de vie est d'une dizaine d'années.  
     
Régime alimentaire :   Animaux aquatiques, principalement grenouilles, poissons, crabes et moules.  
     
Reproduction :   Les loutres à joues blanches atteignent leur maturité sexuelle vers l'âge de un an.
Après environ 60 jours de gestation, la femelle donne naissance à une portée de 2 à 4 petits.
 
     
Distribution au Katanga :   view map  
 
 
Histoire, ethnologie, sociologie
Interactions avec l'homme :   A part lorsqu'elle se nourrit des poissons capturés dans les filets de pêche, la loutre n'interfère pas dans les activités humaines.  
     
Tabous :   Lors de l’intronisation du Kazembe, au paroxysme de la cérémonie, lorsque le chef est reconnu et qu’il prend enfin la parole après des mois de silence il ceint une ceinture et un étui de glaive en peau de loutre (le mpok). Après son discours le chef danse et pointe son mpok vers les 4 points cardinaux puis vers le ciel et vers la terre pour bien affirmer qu’il est le chef absolu sur terre et que seul Dieu et la mort peuvent le vaincre. 
     
Légendes, croyances, folklore :   Chez les Bemba, les yeux sont utilisés dans la confection d’une potion qui est appliquée sur les filets des pêcheurs. 
     
Chasse, pêche :   Au début du 20ème siècle, les peaux de loutres ont fait l'objet d'un commerce énorme surtout sur le Luapula et le lac Bangweolo. 
     
Alimentation :   La chair de la loutre est consommée par les pêcheurs qui la prennent dans leurs filets ou la poursuivent en pirogue et la tuent à coups de lance. Sa chair très grasse est appréciée. 
     
Apprivoisement, élevage :   Contrairement aux Asiatiques, les Africains ne domestiquent pas la loutre pour l'utiliser à la capture de poissons. 
     
Usage de la peau ou d'autres parties :   La fourrure de loutre a eu son heure de gloire. Traditionnellement , la loutre était utilisée pour faire des charmes pour augmenter le rendement des filets de pêche. 
  


Avertissement :

Cette base de données a été établie d'après des ouvrages faisant autorité et avec l'aide de scientifiques renommés. Cependant, il est certain que des erreurs doivent y figurer.

Les noms vernaculaires ont été recueillis sur le terrain et dans la littérature coloniale de la première partie du 20éme siècle. Les religieux ayant établi les premiers dictionnaires n'étaient pas forcément des naturalistes avertis et dès lors, de grossières erreurs doivent avoir été commises.

Nous invitons toute personne qui pourrait nous aider à améliorer cet outil de travail à nous contacter pour nous faire part de ses remarques et nous faire partager ses connaissances.



+  Vous êtes dans la classe : ROOT > Vertebrata (Vertébrés) > Mammalia (Mammifères) > Carnivora (Carnivores) > Mustelidae (loutres, ratels, ...)
Design by McArnolds Group SA | Development and code by AMESIS SPRL