Rechercher :  
 

Trigonoceps occipitalis 

Linguistique
Nom scientifique actuel :   Trigonoceps occipitalis 
     
Nom scientifique ancien :   Trigonoceps occipitalis 
     
Nom francais :   Vautour à tête blanche
     
Nom anglais :   White-headed Vulture
     
Nom vernaculaire :  
Ikubi; likubi, lioni, kipungu (Kibemba)
 


 

Zoologie
Chant/cri :  
     
Caractéristiques physiques :   Souvent appelé à tort vautour oricou, le grand vautour que l’on observe parfois au Katanga, au milieu des vautours à dos blanc, est le vautour à tête blanche. Sa tête est de forme triangulaire. Sa tête et son cou sont blancs. Sa face nue est rose. Son bec est orange. 
     
Habitat :    
     
Éthologie :   C’est le seul vautour qui s’attaque à des proies vivantes, souvent des varans. L’oiseau figuré sur la photo est un oiseau qui était pris par la patte dans un piège à collet dans le parc national de Kundelungu. Il s’était fait prendre alors qu’il voulait se nourrir d’une charogne d’ourébi, elle aussi morte dans un piège. 
     
Régime alimentaire :    
     
Reproduction :    
     
Distribution au Katanga :   view map  
 
 
Histoire, ethnologie, sociologie
Interactions avec l'homme :    
     
Tabous :    
     
Légendes, croyances, folklore :   Le fruit lukusu est épluché et mélangé avec de la viande de vautour et une sangsue séchée. Les graines sont alors mises sur une peau ou dans un pot et celui-ci et secoué. Pendant cette action le devin prononce le nom des gens susceptibles de vouloir du mal au consultant. Si la graine attache au pot c’est que le nom prononcé est celui du jeteur de sort. La viande de vautour donne le pouvoir au bwanga de se jeter sur le nom du coupable et la sangsue donne le pouvoir au lukusu de coller.  
     
Chasse, pêche :    
     
Alimentation :    
     
Apprivoisement, élevage :    
     
Usage de la peau ou d'autres parties :    
  


Avertissement :

Cette base de données a été établie d'après des ouvrages faisant autorité et avec l'aide de scientifiques renommés. Cependant, il est certain que des erreurs doivent y figurer.

Les noms vernaculaires ont été recueillis sur le terrain et dans la littérature coloniale de la première partie du 20éme siècle. Les religieux ayant établi les premiers dictionnaires n'étaient pas forcément des naturalistes avertis et dès lors, de grossières erreurs doivent avoir été commises.

Nous invitons toute personne qui pourrait nous aider à améliorer cet outil de travail à nous contacter pour nous faire part de ses remarques et nous faire partager ses connaissances.



+  Vous êtes dans la classe : ROOT > Vertebrata (Vertébrés) > Aves (Oiseaux) > Ciconiiformes (Sibley) > Accipitridae (vautours, buses, aigles, etc.)
Design by McArnolds Group SA | Development and code by AMESIS SPRL