Rechercher :  
 

Cercopithecus mitis opisthostictus 

Linguistique
Nom scientifique actuel :   Cercopithecus mitis opisthostictus 
     
Nom scientifique ancien :    
     
Nom francais :   Cercopithèque à diadème
     
Nom anglais :   Diademed Monkey, Blue Monkey
     
Nom vernaculaire :  
Mbela (Kisonge); Mbele (Kitabwa); Mbere, nsange (Kikaonde); insañge (Kiaushi); Sange (Kilala); mbele (Kiluba); Mbunji, male = ikolonga (Lunda); insanje (Kilamba)
 


 

Zoologie
Chant/cri :  
     
Caractéristiques physiques :   Le cercopithèque à diadème mesure entre 50 et 65 cm de long (sans queue) et pèse entre 4 et 7 kg. Son pelage épais et dense est gris foncé. Sa face allongée et étroite est noirâtre. Sur le front, il possède un diadème de poils hérissés et dirigés vers l'avant. Ce diadème noir est tiqueté de crème. Il possède des favoris grisâtres longs et dirigés vers l'arrière. Son museau est plus ou moins couvert de poils blancs. Sa gorge est blanchâtre. Ses membres sont noirs à leur extrémité. Sa queue est non préhensile.  
     
Habitat :   Forêts, savanes, galeries.
Commun au Katanga le long des rivières 
     
Éthologie :   Fruits, fleurs, graines, feuilles et insectes. 
     
Régime alimentaire :   Les cercopithèques à diadème sont diurnes et arboricoles. Ils vivent en bandes comprenant 10 à 30 individus. Celles ci sont composées d'un mâle alpha, de femelles et de leurs petits. Les mâles protègent les membres de leurs bandes.
Les mâles ne faisant pas partie d'une bande vivent en solitaires ou en troupes de célibataires.
Les cercopithèques à diadème possèdent un vocabulaire varié. Ils communiquent aussi à l'aide d'expressions faciales et de positions. Ils se toilettent mutuellement.  
     
Reproduction :   Mâles et femelles atteignent leur maturité sexuelle vers l'âge de 3 ans.
Après environ 5 mois de gestation, la femelle donne naissance à un petit.
 
     
Distribution au Katanga :   view map  
 
 
Histoire, ethnologie, sociologie
Interactions avec l'homme :   Parfois dans les plantations, il peut également dérober des poussins ou des canetons. 
     
Tabous :    
     
Légendes, croyances, folklore :    
     
Chasse, pêche :   chassé pour sa viande 
     
Alimentation :   Sa chair est très appréciée des villageois 
     
Apprivoisement, élevage :   Comme tous les cercopithèques du Katanga, il s'apprivoise facilement. Il est souvent détenu en semi-liberté. 
     
Usage de la peau ou d'autres parties :   La main du singe (cilama) est un des objets présents dans les paniers de divination des Tshokwe. Elle représente soit une dette soit un bon augure car le singe ne lâche jamais sa branche. 
  


Avertissement :

Cette base de données a été établie d'après des ouvrages faisant autorité et avec l'aide de scientifiques renommés. Cependant, il est certain que des erreurs doivent y figurer.

Les noms vernaculaires ont été recueillis sur le terrain et dans la littérature coloniale de la première partie du 20éme siècle. Les religieux ayant établi les premiers dictionnaires n'étaient pas forcément des naturalistes avertis et dès lors, de grossières erreurs doivent avoir été commises.

Nous invitons toute personne qui pourrait nous aider à améliorer cet outil de travail à nous contacter pour nous faire part de ses remarques et nous faire partager ses connaissances.



+  Vous êtes dans la classe : ROOT > Vertebrata (Vertébrés) > Mammalia (Mammifères) > Primates > Cercopithecidae (cercopithèques, babouins)
Design by McArnolds Group SA | Development and code by AMESIS SPRL