Rechercher :  
 

Equus burchellii 

Linguistique
Nom scientifique actuel :   Equus burchellii 
     
Nom scientifique ancien :   Hippotigris quagga bohmi 
     
Nom francais :   Zèbre de Burchell
     
Nom anglais :   Burchell's Zebra; Plains Zebra; Common Zebra
     
Nom vernaculaire :  
Ngolo (Kiluba); ngole (Kisonge); Kingalika, Ngalika (Kitabwa); Mbishi, Ngolo, Xhingalika, chingalika (Kikaonde); iciñgalika (Kiaushi); mâle = Kimpuku, Tiolwa, cele (Kilala); Imbishi Imbisi (Kilamba); chingalika (Kindembo); ngola (Tshiluba); ngala (Lunda) ; inkoloto, ichingarika, cholwa (Kibemba) ; Punda milia (Kiswahili)
 


 

Zoologie
Chant/cri :  
     
Caractéristiques physiques :   Les zèbres de Burchell mesurent environ 1,40 m de hauteur au garrot et pèsent entre 240 et 330 kg. Des raies foncées s'étendent très bas sur les flancs atteignant son ventre, et des raies larges et obliques sont présentes sur son arrière train. Il possède en général entre 25 et 30 raies sur le corps, chiffre étant inférieur à celui du zèbre des montagnes (plus de 40) ou du zèbre de Grêvy (environ 85). Il possède une crinière dressée sur la nuque et de courtes oreilles.
Le zèbre de Burchell présente des variations géographiques et, en général, les raies de la croupe deviennent de plus en plus distinctes lorsqu'on va du sud au nord de son aire de répartition. De plus, chaque zèbre possède un dessin unique, rendant ainsi leur identification plus aisée. 
     
Habitat :   Savane herbeuse.
Autrefois on en comptait des milliers au Katanga où on le rencontrait à peu près partout. Dans les années 1990 il y avait encore un troupeau de 600 bêtes autour de la station de Lusinga au parc Upemba. A aujourd'hui quasi disparu du Katanga. 
     
Éthologie :   Les zèbres de Burchell sont des animaux sociables. Ils vivent en groupes familiaux composés d'un étalon et d'une ou plusieurs juments accompagnées de leurs poulains. Les mâles reproducteurs défendent leurs groupes familiaux des prédateurs à coups de sabots et de morsures. Ils ne laissent pas non plus d'autres mâles se reproduire avec leurs juments. Durant la saison sèche, il est commun que plusieurs groupes familiaux s'assemblent.  
     
Régime alimentaire :   Les zèbres se nourrissent essentiellement d'herbe mais broutent aussi quelque fois feuilles et arbustes. 
     
Reproduction :   Les étalons déterminent le taux d'oestrogène des femelles en reniflant leur urine.
Après 370 jours de gestation, la jument donne naissance à un poulain pesant environ 30 kg. Le nouveau-né est capable de tenir sur ses pattes après une quinzaine de minutes et est sevré vers l'âge de un an.  
     
Distribution au Katanga :   view map  
 
 
Histoire, ethnologie, sociologie
Interactions avec l'homme :   Aucune. On le rencontrait souvent mêlé aux vaches dans les élevages des hauts plateaux katangais. 
     
Tabous :   Comme tous les animaux tachetés ou rayés la viande de zèbre est interdite aux lépreux guéris car ils pourraient faire une rechute. Valable chez les Bemba et les Lamba.
Chez les Baluba le chef ne pouvait pas manger de la viande de zèbre sous peine de devenir fou. Les Baluba craignent d'attraper la lèpre en mangeant de la viande de zèbre car son sabot ressemble au pied du lépreux qui a perdu ses orteils. 
     
Légendes, croyances, folklore :   Sohier raconte dans ses mémoires qu'un procès-verbal fut classé sans suite par lui alors qu'il était substitut du procureur. Sur le plateau des Biano, un zèbre s’était épris d’une vache à tel point qu’il ne la quittait plus. Il monta dans le wagon qui amenait la vache dans une ferme de la ville et personne ne put le séparer de sa vache. Le fermier fut accusé de détention illégale d’un animal protégé. Après ce classement sans suite, le zèbre vécut heureux auprès de sa vache durant des années. A la mort de celle-ci, il fut confié au zoo où il termina ses jours. 
     
Chasse, pêche :   Chassé pour sa viande et pour sa peau. 
     
Alimentation :   Sa chair est consommée (avec quelques exceptions cependant). 
     
Apprivoisement, élevage :   Le lieutenant Nys réussit en 1902 la capture puis le dressage du zèbre au Katanga. Cette expérience fut conduite dans la chefferie de Sambwe près de la Dikulwe. L'expérience fut abandonnée à la suite de l'association des Belges avec les Anglais pour l'exploitation des mines, ce qui amena le rail à Elisabethville. 
     
Usage de la peau ou d'autres parties :   La peau est tannée et utilisée comme trophée sous forme de tapis ou d'ornement mural. 
  


Avertissement :

Cette base de données a été établie d'après des ouvrages faisant autorité et avec l'aide de scientifiques renommés. Cependant, il est certain que des erreurs doivent y figurer.

Les noms vernaculaires ont été recueillis sur le terrain et dans la littérature coloniale de la première partie du 20éme siècle. Les religieux ayant établi les premiers dictionnaires n'étaient pas forcément des naturalistes avertis et dès lors, de grossières erreurs doivent avoir été commises.

Nous invitons toute personne qui pourrait nous aider à améliorer cet outil de travail à nous contacter pour nous faire part de ses remarques et nous faire partager ses connaissances.



+  Vous êtes dans la classe : ROOT > Vertebrata (Vertébrés) > Mammalia (Mammifères) > Perissodactyla (Périssodactyles) > Equidae (zèbres)
Design by McArnolds Group SA | Development and code by AMESIS SPRL